LES PARTIES PRENANTES

L’ÉTAT 

L’État assure des missions de veille, de contrôle et de régulation de la filière musiques actuelles selon un principe de diversité des initiatives artistiques et culturelles, de solidarité notamment interprofessionnelle et d’équité territoriale dans le respect des objectifs du développement durable et des droits culturels.
Par ce contrat de filière, l’État et son Établissement public, le CNV, défendent une nouvelle forme d’approche territoriale prenant en compte l’émergence de nouveaux métiers et de nouvelles manières d’entreprendre, tenant compte des engagements liés à la responsabilité sociale des acteurs culturels en lien avec l’évolution des pratiques artistiques et culturelles. L’État considère que la chaîne artistique, culturelle et économique doit se développer et s’organiser (complémentarité, coopération, solidarité et redistribution) sur les territoires et plus particulièrement à l’échelle régionale afin d’être en adéquation avec les dynamiques et les pratiques des acteurs composant la filière.
La Direction Régionale des Affaires Culturelles des Pays de la Loire (DRAC), service déconcentré du ministère de la Culture placé sous l’autorité du préfet de région, met en œuvre la politique culturelle de l’État en l’adaptant au contexte régional. Sa mission générale dans le domaine des musiques actuelles vise à améliorer les conditions du développement de la vie musicale la plus large. La DRAC soutient la création et la diffusion des œuvres sur l’ensemble du territoire. Elle développe une offre en matière d’enseignement spécialisé et supérieur et mène une politique de sensibilisation des publics et d’éducation artistique et culturelle.

LA RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE

Le Conseil régional des Pays de la Loire voit son rôle conforté comme interlocuteur privilégié de l’État. L’évolution législative et réglementaire, par les lois NOTre (Nouvelle organisation territoriale de la République) et Maptam (Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles), a renforcé l’intervention sur les compétences partagées entre l’État et les collectivités relatives à l’aménagement du territoire, à la lutte contre la fracture numérique, l’aide à la création dans le respect des objectifs du développement durable. Le Conseil régional est désormais en position de pivot sur trois grands blocs de compétences : le développement économique, la formation, l’aménagement du territoire et l’environnement.
Le Conseil régional porte une attention particulière au développement du secteur des musiques actuelles sur son territoire. Ceci se traduit par le soutien aux projets structurants pour le territoire régional, aux structures de développement d’artistes, aux scènes spécialisées, aux cafés-cultures, ainsi que par des aides relevant de dispositifs plus généraux du spectacle vivant (soutien aux festivals, aides à la création, aide aux fonctionnements des équipes artistiques, aides à la mobilité…).
Par ailleurs le Conseil régional a défini un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) dont les grandes orientations impactent la filière musicale. Dans sa stratégie régionale pour la culture votée en juin 2017, le Conseil régional des Pays de la Loire a souhaité élaborer une convention contractuelle lui permettant de s’associer dans une dynamique conjointe de financement à l’État et au CNV pour accroître le soutien aux musiques actuelles, dans une perspective de renforcement de la diversité culturelle, d’appui aux projets de proximité, de soutien aux coopérations, et à la structuration économique de la filière.

Le Centre National des Variétés, de la chanson et du jazz (CNV)

Le Centre National des Variétés, de la chanson et du jazz (CNV), soutient le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés, grâce aux fonds collectés par la taxe sur les spectacles et par la redistribution de ceux-ci sous la forme d’aides financières aux divers porteurs de projets. C’est un établissement public industriel et commercial (EPIC), créé par la Loi n°2002-5 (article 30) du 4 janvier 2002. Ces activités lui permettent de développer une mission, plus récente, d’observation du secteur afin d’améliorer la connaissance des conditions de production et de diffusion des spectacles en France. Il soutient le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés. Dans l’objectif de structurer et organiser le secteur, il associe et fédère l’ensemble des partenaires concernés: État, collectivités territoriales, professionnels, employeurs, comme salariés à travers leur représentation syndicale. Ont ainsi été développées les coopérations avec les collectivités territoriales, les Directions Régionales des Affaires Culturelles et les différents organismes compétents sur le plan sectoriel ou économique pour l’ensemble du champ d’intervention de l’Établissement. Un des enjeux de ces partenariats est de coordonner les compétences et les moyens afin d’améliorer et de renforcer la cohérence et la complémentarité des actions en faveur des musiques actuelles et des variétés sur le territoire concerné.

LE POLE

Le Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire constitue un espace de dialogue, de concertation, de ressource et d’appui aux initiatives, qui renforce la structuration de la filière des musiques actuelles et contribue à son développement. Depuis 2007, le Conseil régional des Pays de la Loire et la DRAC des Pays de la Loire s’appuient sur le Pôle qui fédère les acteurs de l’écosystème musical régional dans sa pluralité, rendant ainsi possibles des démarches collectives de coopération et de co-construction.
Statutairement ouvert à toutes les personnes morales de droit privé ou public ayant une activité dans le secteur des musiques actuelles en Pays de la Loire, le Pôle agit en réseau de compétences structuré. Il représente les différents métiers de la filière. Sa gouvernance est à l’image de la diversité du secteur en région. Il œuvre au carrefour du monde culturel et artistique, du monde de l’économie et de la recherche, et des politiques publiques. Il est de fait un interlocuteur privilégié pour l’État, le Conseil régional, le Centre National des Variétés, dans le cadre de la mise en œuvre d’un contrat de filière pour les musiques actuelles en Pays de la Loire.